Objectif Gibbons

Sauvegarde des Gibbons Hoolock et autres primates, Inde

 

Florian Magne est le reponsable du programme HURO pour la protection des Gibbons hoolock (Hoolock hoolock) et autres primates du Nord-Est Indien. Son travail se déroule dans le Meghalaya, plus précisement dans le parc national de Nokrek une des régions du Nord-Est de l’Inde.

Ce projet commencé en 2006 a pour but de recueillir les primates (gibbons, langurs, macaques, etc…) en vue de les soigner et de les réintroduire. Sa démarche s’articule également en faveur de la sensibilisation des communautés locales afin de diminuer le conflit Homme/Animaux.

Les menaces pesant sur les Gibbons Hoolock sont principalement la destruction de l’habitat (déforestation pour le pâturage du bétail et la vente de bois tropicaux) et le braconnage. Les nouveaux pensionnaires sont d’abord placés dans des bâtiments de quarantaines pour dépister d’éventuelles maladies attrapées au contact de l’Homme. La réhabilitation se fait ensuite dans des volières où ils sont examinés et leurs comportements répertoriés. Le travail final, réalisé au bout de plusieurs années, est la réintroduction des individus dans la nature.

Depuis la création du centre, une douzaine d’individus ont été recueillis et certains d’entre eux ont pu être relâchés en 2012.

 

Objectifs du projet :

  • Recueillir et soigner les primates blessés et/ou issus du marché noir.
  • Réhabilitation des individus sauvés en vue d’une réintroduction dans leur milieu naturel.
  • Sécurisation et Protection des Parcs et Réserves de faune sauvage.
  • Sensibilisation et soutien aux populations locales.
Le travail de toute l’équipe se déroule en plusieurs étapes. La création du centre de soin pour prendre en charge les individus saisis. Les nouveaux pensionnaires sont d’abord placés dans des
 de quarantaines pour dépister d’éventuelles maladies attrapées au contact de l’Homme.

 

La réhabilitation se fait ensuite dans des volière de 7m x 7m. Les gibbons y sont examinés et leurs comportement répertoriés. Le but ici est alors de former des couples. Le travail final, réalisé au bout de plusieurs années, est la réintroduction des individus dans la Nature.

Le programme HURO a décidé de prendre en charge la gestion complète de l’école de Silsotchigre mais interviendra uniquement en tant que soutien logistique et financier (salaire des instituteurs, frais d’inscription des élèves, fournitures scolaires, etc…). Le 1er février 2012, 61 élèves ont fait leur rentrée répartis dans 3 classes. Ainsi il est possible de leur donner une éducation classique mais également une éducation sur l’environnement.

CERZA Conservation s’engage : 

Depuis 2009, CERZA conservation aide ce programme à hauteur de 29438€.